Les symptômes du burnout

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur print

Si votre style de vie vous impose beaucoup de stress, il est important d’être conscient du fait que le burnout, également appelé l’épuisement professionnel pourrait se profiler à l’avenir si vous ne prenez pas des mesures pour l’éviter. Une première étape importante consiste à savoir à quoi vous avez affaire. Pour cela, il est essentiel de connaître les symptômes du burnout. Alors que ce terme est souvent utilisé dans les discussions liées au stress, savez-vous vraiment ce qu’il signifie et comment il est causé ?

 

Quelques mots sur ce qu’est le burnout :

L’épuisement professionnel est une réaction au stress professionnel prolongé ou chronique qui se caractérise par trois dimensions principales : l’épuisement, le cynisme (moins d’identification au travail) et le sentiment de perte de capacité professionnelle. Plus simplement, si vous vous sentez épuisé, si vous commencez à détester votre travail et à vous sentir moins capable à effectuer vos tâches quotidiennes professionnelles, vous présentez des signes d’épuisement professionnel.

Le stress qui contribue au burnout peut provenir principalement de votre environnement de travail, mais le stress lié à votre style de vie en général peut également y contribuer, et les traits de personnalité ainsi que les schémas de pensée, tels que le perfectionnisme et le pessimisme, peuvent également l’aggraver.

Le burnout est ainsi le résultat d’un enchaînement de causes intérieures (propres à l’individu), révélées par des causes extérieures (liées au travail). Et c’est ce tout qui conduit inévitablement à l’épuisement, si nous ne sommes pas attentifs aux premiers signes ou symptômes du burnout que nous allons approfondir dans cet article. Ce thème est plus largement développé dans la page “Burnout : démarche personnelle de révélation de soi“, que je vous conseille de lire.

Les termes «épuisement professionnel» ou « burnout » sont des termes relativement nouveaux, inventé pour la première fois en 1974 par Herbert Freudenberger, dans son livre intitulé « Burnout : Le coût élevé des réalisations exceptionnelles ». À l’origine, il définissait le Burnout comme «l’extinction de la motivation ou de l’incitation, en particulier lorsque son dévouement à une cause ou à une relation ne produit pas les résultats souhaités».

Le burnout n’est malheureusement pas un trouble psychiatrique ou psychologique clinique reconnu, mais il existe des caractéristiques similaires entre cette condition et diverses affections diagnostiquées, telles que la dépression, les troubles anxieux ou les troubles de l’humeur. L’épuisement professionnel est toutefois beaucoup plus courant. Normalement moins grave et en principe d’une durée plus limitée, il est aussi causé par des facteurs de stress mais plus liés aux circonstances qu’à un déséquilibre organique des déterminants physiologiques de l’humeur.

Certains métiers de par leur nature stressante exposent plus au risque de burnout que d’autres ; à titre d’exemple, on estime que 25 à 60% des médecins en exercice souffrent d’épuisement professionnel, les traders ainsi que les fonctionnaires de l’armée sont également concernés. Mais aussi les chefs d’entreprises, cadres et salariés en général. Les dernières études nous montrent l’impact croissant de l’épuisement professionnel, toute classe socio-économique confondue.  

 

Quels sont les déterminants du burnout ?

Le burnout est un état de stress aigu sur un fond chronique caractérisé par :

  • Un épuisement physique et émotionnel.
  • Du cynisme et du détachement.
  • Un sentiment d’inefficacité et d’absence de réalisation.

En état de burnout complet, vous ne pouvez plus fonctionner efficacement sur le plan personnel ou professionnel. Cependant, l’épuisement professionnel ne survient pas soudainement. Vous ne vous réveillez pas un matin en considérant que vous êtes “épuisé”. Sa nature est beaucoup plus insidieuse et nous apparaît progressivement comme une fuite lente, ce qui la rend beaucoup plus difficile à reconnaître. Néanmoins, notre corps et notre esprit nous avertissent, et si vous savez ce qu’il faut rechercher, vous pouvez le reconnaître avant qu’il ne soit trop tard.

 

Les détails des déterminants du Burnout :

Chacun des trois déterminants décrits ci-dessus est caractérisé par certains signes et symptômes (bien qu’il existe un chevauchement entre certains). Ces signes et symptômes existent tout au long d’un continuum. En d’autres termes, la différence entre le stress et le burnout est une question de degré, ce qui signifie que plus vous reconnaîtrez les signes tôt, plus vous serez en mesure d’éviter l’épuisement professionnel (si vous agissez pour remédier aux symptômes du burnout lorsque vous les reconnaissez).

 

  • Signes d’épuisement physique et émotionnel :

– La fatigue chronique : Au début, vous pouvez ressentir un manque d’énergie et vous sentir fatigué la plupart du temps. Puis vient l’étape suivante où vous vous sentez épuisé, que ce soit physiquement ou émotionnellement. Enfin, vous pouvez ressentir un sentiment de crainte en pensant à ce qui vous attend tous les jours.

– L’insomnie : Au début, vous pouvez avoir de la difficulté à vous endormir ou à rester endormi une ou deux nuits par semaine. Au fil du temps, l’insomnie peut se transformer en une épreuve nocturne persistante ; aussi épuisé que vous soyez, vous ne pouvez pas dormir.

– Oublis fréquents / concentration et attention altérées : Un manque de concentration et un léger oubli sont des signes précoces. Ensuite, les problèmes s’accumulent au point où vous n’arrivez plus à faire votre travail. Tout commence à s’empiler et vous vous sentez dépassé.

– Symptômes physiques : Les symptômes physiques peuvent inclure des douleurs thoraciques, des palpitations, un essoufflement, des douleurs gastro-intestinales, des vertiges, des évanouissements et / ou des maux de tête (ces manifestations doivent faire l’objet d’une évaluation médicale avant d’être attribuées à l’origine somatique).

– Augmentation de la maladie : Parce que votre corps est épuisé, votre système immunitaire s’affaiblit, ce qui vous rend plus vulnérable aux infections, au rhume, à la grippe et à d’autres problèmes médicaux liés au système immunitaire.

– Perte d’appétit : Au début, vous risquez de ne pas avoir faim et de sauter quelques repas. Les phases de burnout avéré se caractérisent par une perte de l’appétit et à long terme une perte de poids.

– L’anxiété : Au début, vous pouvez éprouver de légers symptômes de tension, d’inquiétude et de nervosité. À mesure que vous vous rapprochez de l’épuisement professionnel, l’anxiété peut devenir si grave qu’elle nuit à votre capacité à travailler de manière productive et peut causer des problèmes dans votre vie personnelle.

– La dépression : Au début, vous pouvez vous sentir légèrement triste, parfois désespéré, et ressentir un sentiment de culpabilité et d’inutilité. Au pire, vous pouvez vous sentir piégé, gravement déprimé et penser que le monde serait mieux sans vous. (Si votre dépression atteint ce stade, vous devriez demander l’aide d’un professionnel immédiatement.)

– La colère. Au début, « ce symptôme » peut se traduire par une tension interpersonnelle et une irritabilité. Au cours des dernières phases, cela peut se transformer en crises et en disputes sérieuses sur le lieu de travail ou même ailleurs. (Si la colère en vient au point de susciter des pensées ou des actes de violence envers la famille ou les collègues, demandez l’aide d’un professionnel.)

 

  • Signes de cynisme et de détachement :

– Perte de plaisir : Initialement, la perte de plaisir peut sembler très légère, par exemple ne pas vouloir aller travailler ou être pressée de partir. Sans intervention, la perte de plaisir peut s’étendre à tous les domaines de votre vie, y compris le temps que vous passez avec votre famille et vos amis. Au travail, vous pouvez essayer d’éviter les projets et trouver des moyens d’échapper à n’importe quelle tâche.

– Pessimisme : Au début, ce symptôme peut se présenter comme un discours intérieur négatif et / ou passer d’un verre à moitié plein à un verre à moitié vide. Ensuite, cela peut aller au-delà de ce que vous ressentez pour vous-même et aller jusqu’aux problèmes de confiance avec vos collègues et les membres de votre famille et au sentiment que vous ne pouvez compter sur personne.

– L’isolement : Ce symptôme est extrêmement insidieux, il s’installe par une légère résistance à la socialisation (c’est-à-dire ne pas vouloir sortir déjeuner ; fermer sa porte de temps en temps pour empêcher les autres d’entrer). Dans l’étape du burnout, vous pouvez vous mettre en colère lorsque quelqu’un vous parle, ou vous pouvez arriver tôt ou partir tard pour éviter les interactions.

– Détachement : Le détachement est un sentiment général de se sentir déconnecté des autres ou de votre environnement. Cela peut prendre la forme des comportements isolants décrits ci-dessus et vous amener à vous retirer émotionnellement et physiquement de votre travail et de vos autres responsabilités. Il se distingue de l’isolement simple par un sentiment d’insouciance surajouté.

 

  • Signes d’inefficacité et d’absence de réalisation :

– Sentiments d’apathie et de désespoir : Ceci est similaire à ce qui est décrit dans les sections sur la dépression et le pessimisme de cet article. Il se présente comme un sentiment général que rien ne va bien ou que rien ne compte. À mesure que les symptômes s’aggravent, ces sentiments peuvent s’immobiliser et s’accompagner d’une remise en question perpétuelle de tout l’entourage.

– Irritabilité accrue : L’irritabilité provient souvent d’un sentiment d’inefficacité, d’inutilité et d’un sentiment croissant que vous ne pouvez plus faire les choses aussi efficacement que par le passé. Au début, cela peut interférer dans les relations personnelles et professionnelles. Dans le stade du burnout, il peut détruire des relations et des carrières, surtout pour les domaines qui requièrent une confiance en soi importante (le domaine médical, les managers, les métiers impliquant une prise de parole en public…).

– Manque de productivité et performances médiocres : En dépit de longues heures de travail, le stress chronique vous empêchera d’être aussi productif qu’auparavant, ce qui aboutit souvent à des projets incomplets et à une liste de tâches de plus en plus longue. L’intensité du burnout est inversement proportionnelle à l’efficacité, ce qui entraîne un cercle vicieux dont la personne ne peut s’échapper.

 

Si vous ne rencontrez aucun de ces problèmes, c’est que vous êtes à l’abri ! Cependant, vous devriez garder à l’esprit ces signes annonciateurs, en vous rappelant que l’épuisement professionnel est un phénomène fréquent et insidieux.

Si vous présentez certains des symptômes du burnout, vous devez être averti que vous êtes sur une voie dangereuse. Prenez le temps d’évaluer honnêtement le niveau de stress dans votre vie et de trouver le moyen de le réduire avant qu’il ne soit trop tard. Profitez-en pour faire le test que je vous propose ici, il est un bon moyen d’évaluer où vous en êtes.

Le burnout n’est pas un problème anodin et passager tel un rhume ; il est plus profond et ne s’en va pas après quelques semaines à moins que vous ne changiez quelque chose dans votre vie.

Prenez soin de vous 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
Maryline Gomes

Maryline Gomes

#écrivain #psycho #chercheuse #burnout #bonheur #émotions

Je cherche à comprendre comment notre monde émotionnel crée notre réalité. Partie à l'aventure depuis un moment, au fil de mes trouvailles je découvre que la vie est magique...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
×
×

Panier

​​​​​Recevez gratuitement mon ebook "Burnout : 3 clés pour en sortir"​.
​Retrouver le bonheur d'être heureux : c'est possible !