Changement de rythme de vie : le burnout a aussi ses côtés positifs

159 vues de cet article
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur print

Un des signes à connaître et qui est un indicateur pour savoir si on est en burnout ou si on approche de l’épuisement c’est le changement de votre rythme quotidien. Vous êtes habituellement une personne très active, dynamique, vous pouviez faire 10 000 choses à la fois et maintenant vous sentez que vous n’y arrivez plus ? Voire même, vous vous sentez dépassé ? Épuisé professionnellement ?

Cela peut bel et bien être un signe qui vous indique que vous avez besoin de ralentir le rythme quotidien que vous vous imposez. Aujourd’hui, au-delà des demandes de plus en plus exigeantes au travail, en dehors le rythme est aussi bien souvent soutenu, rempli par de nombreuses activités, vous laissant peu de temps pour vous reposer et vous ressourcer.

Et, à terme, cela devient aussi une des causes du burnout car le corps a des capacités énergétiques limitées, si nous tirons sur la corde pendant trop longtemps, elle peut casser et votre corps peut vous lâcher. La fatigue est une des façon que votre corps a de communiqué avec vous pour vous montrer que vous forcez un peu trop la barre. Et quand cette fatigue commence à devenir chronique c’est peut-être le moment de se poser des questions de fond. D’où vient cette fatigue ? Qu’est-ce qui est à l’origine ? Qu’est-ce que je dois changer ?

Des réponses il y en a plusieurs. Mais je voulais vous laisser avec une idée qui peut être une première réponse, cause ou origine : il semble que les agendas doivent être bien remplis d’activités en tout genre. Que ce soit au travail ou dans la vie privé, être pris toutes les jours, toutes les soirées, n’avoir qu’un seul créneau dans les 3 semaines à venir semble être un gage de réussite. Félicitations, vous êtes une célébrité 😉 Blague à part, à chaque fois que j’entends dire « surtout ne dis pas que tu es libre, que ton agenda n’est pas rempli, c’est mal vu » je me demande : en fait, quel vide ne voulez-vous pas voir ? Qu’êtes-vous en train d’essayer de compenser avec cet agenda si chargé ?

Plus nous avons d’activités et moins nous avons le temps de réfléchir à notre vie et, surtout, moins nous avons le temps de vivre ce que nous voulons. Mon agenda, s’il est parfois peu ou pas chargé me va très bien, j’aime avoir du temps pour moi et ceux qui me sont proches, aussi pour les nouvelles rencontres, pour réfléchir, écrire, développer mes projets et tout un tas d’autres choses. Parfois aussi pour ne rien faire, cela fait partie de la vie et ce n’est ni bien ni mal, nous avons aussi besoin de ces moments pour nous ressourcer. Quand l’agenda est plus chargé (ce qui est plus souvent le cas) j’ai beaucoup moins de temps pour tout cela, alors mon secret c’est apprécier chaque moment, car je sais que le suivant sera différent.

Les injonctions dictées par la société d’aujourd’hui peuvent constituer un réel danger si nous ne savons pas faire la part des choses. C’est pourquoi il est fondamental que chacun se pose des questions par rapport à ce qui est bon pour soi et non pas agir en fonction des diktats des autres parce que nous craignons d’être rejeté. En agissant comme cela : vous vous éloignez de vous-même, vous n’écoutez ni votre corps ni vos envies, cela n’est-il pas bien plus grave ?  Car au fil du temps cela fragilise bien plus que de dire non à un moment donné.

En imposant de faire « un ménage intérieur », le burnout devient finalement positif dans le sens où ce manque d’énergie nous oblige à faire des choix constructifs et limités. Quand le corps est usé, fatigué et dispose de réserves énergétiques très basses, cela conduit paradoxalement à plus de lucidité envers ce que nous pouvons et avons envie d’engager, ou pas.

Le burnout devient ainsi, contre toute attente, un moment d’introspection, de réflexion et de choix vers soi.

Cela est très bénéfique car ce sera une façon de repenser à ce que vous voulez, ce dont vous avez envie et ce que vous aimez. C’est un nouveau rythme qui vous ait proposé, malgré vous. Laisser aller les vielles injonctions et croyances vous ouvre aussi à de nouvelles possibilités. De toute évidence, cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais prenez le temps de le faire progressivement.

Vous gagnerez aussi en confiance car finalement vous apprendrez à vous affirmer dans vos désirs et vos choix, qui seront finalement plus alignés avec vous.

Est-ce que ralentir et changer de rythme est une mauvaise chose ?

Bien sûr que non ! Cela peut même être le début de quelque chose de nouveau…

Vous êtes passé par-là ? Vous avez réussi à trouver un nouveau rythme qui vous correspond plus ? Ou vous voulez tout simplement partager votre expérience, laissez votre message dans les commentaires ci-dessous.

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
Maryline Gomes

Maryline Gomes

#écrivain #psycho #chercheuse #burnout #bonheur #émotions

Je cherche à comprendre comment notre monde émotionnel crée notre réalité. Partie à l'aventure depuis un moment, au fil de mes trouvailles je découvre que la vie est magique...

Cet article a 2 commentaires

  1. Merci pour votre article ! Je le glisserai délicatement à mes clients. C’est un des messages les plus délicats à faire passer aux personnes en proie à l’épuisement, à la souffrance… Votre article m’évoque un passage du livre Les mots de l’être bien : “La souffrance peut avoir un sens positif lorsqu’elle nous porte, qu’elle nous ramène à l’essentiel de notre vie, lorsqu’on la vit de telle sorte qu’elle nous fasse passer à une nouvelle étape de croissance – physique, psychologique, affective, spirituelle.”

    1. Merci beaucoup Virginie pour votre message 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
×
×

Panier

​​​​​Recevez gratuitement mon ebook "Burnout : 3 clés pour en sortir"​.
​Retrouver le bonheur d'être heureux : c'est possible !